MA VISION

Je cherche la vérité, en essayant de comprendre et de révéler l’âme des choses…

Mes reliefs en papier sont des projections de mon inconscient

sur un matériau vierge où je ne veux conserver que l’essentiel,

c'est-à-dire mon émotion profonde.

Avec des surfaces blanches, lisses ou tourmentées,

avec des impressions d'opposition, de destruction et de création,

de désordre et d'ordre, d'instabilité et d'équilibre,

de bouleversement dans la nature meurtrie, de sensualité profane ou d'élévation sacrée,

ils évoquent des traces de l'empreinte humaine ou de celle des dieux dans le temps et l’espace.

Bref mes œuvres sont des images qui témoignent de l’âme des choses.

 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Le papier blanc est cette fibre immaculée, cette matière noble qui a été façonnée à la main selon un savoir qui nous vient du Moyen Âge. L’intention première de l’artiste est de communiquer une émotion, de témoigner de la force et du caractère de la matière. Le processus de création s’amorce par un dessin, ce dessin donne l’idée générale, révèle l’intention de création, puis guide le travail, sans le contraindre absolument : le papier exprimera aussi son intention. Le dialogue s’amorce dès les premiers instants, l’artiste travaille la malléabilité du papier qui devient comme un cuir mince. Petit à petit, la forme émerge, s’éloignant peut-être du dessin, car la forme dirige les mains. Dans le travail du papier, les trames du séchoir se ressentent, comme les filigranes, les sceaux et toutes les autres marques. Le dialogue avec la matière est constant. La composition s’installe et exige parfois l’intégration d’autres matières, que ce soit le bois ou le métal. Ces éléments sont traités comme le papier : à partir de la première transformation, les formes sont façonnées et entrent dans la trame des haut-relief de papier.

 

 

LA MATIÈRE ME FASCINE

Mes antécédents espagnols.

Ayant vécu en Andalousie durant quelques années, j'ai toujours été inspiré par les contrastes de la nature espagnole, par la blancheur des villages peints à la chaux se détachant sur le fond noir des montagnes abruptes … (je dois dire que mes ancêtres éloignés venaient du sud de l’Espagne). La neige blanche et nos forêts laurentiennes suscitent chez moi les mêmes émotions. Mes tableaux sont faits de papier blanc en surplomb d’un fond noir assez important adjacent au cadre, ce qui leurs donne un aspect très émouvant et saisissant. Le fond noir qui entoure le papier blanc et le cadre font partie intégrale du tableau. Je dois dire que la nature est ma source intarissable d'inspiration.

 

Je suis un amoureux de la matière depuis mes premières expériences de création.

J’ai débuté par l’estampe (eaux fortes et lithographies) où le papier, le cuivre et la pierre me séduisaient autant que le produit fini. J’ai ensuite privilégié la matière métal (cuivre, étain, argent et or) avec des bijoux et des petites sculptures. Ma recherche à ce moment visait la construction solide du volume et l’esthétisme du produit fini. Plus tard, j’ai travaillé le verre à froid, c’est à dire gravé au jet de sable. Autre matière monochrome offrant beaucoup de possibilités, étant donnée sa transparence. À travers cette matière cristalline, je voyais mon empreinte dans l’œuvre terminée. J’évoluais, sans le réaliser, vers ma démarche actuelle.

 

Le papier me fascine depuis mes premiers pas dans l’univers de l’art.

…Et voilà que le papier me rattrape : il est bien plus qu’un support…

Depuis quelques années cette matière blanche est pour moi la matière idéale pour m’exprimer, (voir démarche artistique)  je n'en suis qu'au début de la recherche, du dialogue qui s'instaure entre lui et moi. J’entrevoie les possibilités infinies d’exploration et ce projet en emprunte quelques avenues. 

Je travaille avec du papier non couché de haute qualité, fait de coton et sans acide. Après trempage, il est alors malléable et je le froisse, je l'embosse, je le sculpte pour en faire des hauts reliefs. Le papier reste toujours blanc, vierge, immaculé.

Cette matière blanche, qui réfléchit toutes les couleurs, acquiert une texture très intéressante par manipulation, ce qui lui donne une grande richesse.

Cette richesse est aussi dans la forme, dans sa destruction et sa construction, dans son aboutissement…

…et surtout, dans sa blancheur qui donne toute la force aux reliefs.